Gazette n°351
lundi 27 juin 2022
sponsorisée par le jemenfoutisme

Le thème de la fin du monde est assez récurrent, depuis longtemps, ainsi de “La fin du monde”, écrit en 1874 par Camille Flammarion, astronome, frère d’Ernest, qui fonda la maison d’édition Flammarion.
Mais si la fin du monde est de toute façon inéluctable... les choses vont ainsi. Quand cela se produira-t-il, et surtout comment ?

LES CARBONARA

La dernière vie animale a disparu le 24 juillet 685 452 895 à 12h12, le dioxyde de carbone était alors inférieur à celui nécessaire pour maintenir la fixation du carbone en C3 par photosynthèse, les plantes n’y ont pas survécu non plus.
La chaleur augmentant de façon exponentielle, les océans disparurent le 4 février 1 254 873 500 à 14h45, par évaporation.
C’est ensuite, le 25 décembre, jour de Noël 4 125 654 321, vers midi, que la toute dernière bactérie s’évanouit.
1er avril 7 485 221 963, à 11h10.
Nous sommes dans le vaisseau de reconnaissance et d’études Marinette Desbordes Valmore VI, gravitant aux confins de l’ancien système solaire.
— Charles !
— Oui mon chéri ?
— Viens voir, la Terre va enfin finir par être pulvérisée.
— Ouaip, s’il te plaît enregistre-moi ça, les carbonara n’attendront pas.
— Mais t’es sûr de pas vouloir voir ça ?
— M’en fous, ce gros caillou merdique n’a plus aucun intérêt, et tu es le dernier à t’y intéresser. Allez, viens ici, j’ai envie de partager ces délicieuses pâtes avec toi, chouchou.
— Si tu voyais la géante rouge. C’est magnifique.
— Boooaf... de profundis !
— Ça y EST !
— Quoi ?
— La Terre vient de s’évaporer dans le cosmos.
— Bon débarras, vient Antoine ! Ça refroidit, et moi j’ai envie de toi.

Épinac, le 27 juin 2022

Partager