Gazette n°352
mercredi 29 juin 2022
sponsorisée par l’anecdote

“Psychanalyse du néant”, ouvrage drôle se moquant ouvertement du langage abscons de la psychanalyse.
D’autant que celle-ci aurait du mal à expliquer les “troubles” psychiques d’un certain Éric von Zaide.
Essayons malgré tout, avec l’aide du professeur Yves de la Motte du Gland, expert en psychopathologie près le tribunal de Morteau-les-Mines (Côtes du Rhône).

LE TRAUMATISME À LA CON

Nous sommes dans le bureau cossu du professeur. Installés mollement dans des Chesterfield sentant bon le cuir, nous entamons notre étude du cas.
— Alors, professeur, que pensez-vous du malade qui nous préoccupe ?
— Eh bien, c’est un cas ! Je mettrai tout de suite de côté l’embonpoint de son égo qui lui dicte son comportement.
— Ah ? Mais d’après vous, pourquoi cette haine des arabes, des homosexuels et des gens de gauche ?
— C’est une bonne question en effet. J’aurai bien évoqué cet accident de poussette narrée dans la Gazette n°306 du vendredi 11 février de cette année, mais ceci n’explique pas tout. Une anecdote m’a servi à commencer un début d’explication.
— Vous pouvez nous en parler ?
— Bien sûr, mais vous la garderez pour vous. Elle est cocasse, mais non vérifiée.
— Promis !
— Eh bien voilà, lorsque le petit Éric était à l’école primaire, son voisin de table, qui s’appelait Jean Chrysostome , un jour, par mégarde, lui a touché les fesses alors qu’ils faisaient la queue à la cantine...
— déjà, on a ce terme de “queue” non ?
— Aucun rapport !
— Ah bon...
— Je continue ?
— Pardon, bien sûr...
— Donc, croyant que son petit camarade lui faisait des avances, il s’aperçut que son pédicule de petit garçon réagissait à cet involontaire attouchement.
— Vraiment ?
— Je tiens l’anecdote de [...] . Et donc, le bambin qu’était alors le futur facho que nous connaissons, au lieu de s’en tenir à un simple “accident”, alla...
— Allah ?
— Aucun rapport !... je ne suis pas un adepte forcené du lacanisme. Donc il... se dirigea vers la surveillante, Gilberte Méluche, pour signaler l’ambiguïté du geste.
— Dites ?
— Oui ?
— “Méluche” ?... c’est un pseudo ?
— Je préfères modifier suffisamment les patronyme, pour des raisons d’anonymat vous comprenez.
— Bien sûr... mais alors ?
— Eh bien, c’est là certainement que le traumatisme tire son origine... la surveillante, au lieu de lui expliquer que ce n’était qu’un geste involontaire, et que s’il avait physiquement réagi favorablement à ce toucher peu ou prou rectal, cela était bien naturel... en fait elle le prit fort mal, et écrivit sur son carnet de notes, à l’attention de ses parents, Gretel von Erfhurth et Heinrich von Zaide :
“Votre garçon a un comportement anti-social à caractère vicieux, je ne saurai trop vous recommander de le placer dans une école plus adéquate.”
— Et ?
— Eh bien c’est ce qu’ils firent... et depuis, il garde une certaine rancœur envers les arabes, les homosexuels et les gens de gauche.
— Ah ? Vous êtes sûr que c’est la véritable raison de son comportement un rien fasciste ?
— Honnêtement, je ne vois pas, à moins que...
— À moins que quoi professeur ?
— Qu’il soit complètement con.
— Ah... effectivement.

Épinac, le 29 juin 2022

Partager