Partager

Do
Comme Dolorès

« Derrière l’eau, des prairies s’étendent et vont, d’un pas lent, de grosses vaches nourries d’herbe mouillée. »
Guy de Maupassant

Il est une ferme entre Rochefort et la Rochelle. En cette ferme vit Dolorès.
Le petit de Dolorès va bientôt venir au monde et Dolorès est inquiète. C’est son premier. Elle ne sait rien de ce qui entoure la mise au monde, sinon ces sensations bizarres qui la traversent depuis quelque temps. Contrairement à ceux de son espèce elle est seule. Ses semblables vivent en troupeau, mais ses maîtres sont âgés. Ils n’ont gardé de leur cheptel qu’une seule génisse, une belle maraîchine à la robe unie de couleur fauve et aux doux yeux dont les fines paupières s’auréolent de blanc. Ses maîtres l’ont appelée Dolorès en raison de la douleur qu’ils ressentirent en se séparant de leur troupeau. Ils ne connaîtraient plus les transhumances pour Sablanceaux ni les concerts de meuglements le soir avant la traite. La solitude de Dolorès lui pèse et redouble son angoisse. Afin de la tromper, elle essaye d’envoyer des ondes à sa cousine Clochette qui naquit sur l’île de Ré, à Loix, en 2012. Mais nulle réponse ne lui parvient; le message s’est égaré on ne sait où...
En ce même temps, en plein cœur de l’Atlantique nord, 300 baleines de Biscaye ont quitté le golfe du Saint Laurent pour suivre malacetus innus, la plus âgée d’entre elles, malacetus, dont le nom signifie maman, les guide vers des eaux plus clémentes où elles pourront mettre bas et préserver leur race menacée de disparition. [...]