FEMME DE MON PÈRE
Marceau Doux-Sillas

136 pages - format A5 classique

Une plongée dans une recherche d’identité. Une évocation du passage de l’ado à l’adulte. Un livre cru et émouvant.

[...] Vers le quinze août, Maria conduisit Michel prendre un avion pour le Portugal où il devait passer quinze jours chez sa grand-mère. Loïc se retrouva bien seul et erra au long des criques. Il était dégoûté de la pêche, en avait assez de manger des crabes et des poissons. Depuis quelques jours il vidait le compartiment du congélateur et l’avait vidé de tout ce qui était viande. Cela l’étonnait et l’amusait en même temps car il n’aimait pas la bidoche, comme il disait. Un après-midi, il aperçut au loin sur une petite plage, une jeune femme qui jouait avec deux jeunes enfants. La femme était jolie et ne portait qu’un slip, il s’attarda à l’observer. — On dirait que ma femme te plaît ? Cette voix grave le fit sursauter. Il se retourna et vit un homme debout derrière lui. — Non pas du tout, je regardais simple- ment. Le type était brun et fumait une cigarette, il s’approcha pour en proposer une au garçon. — Non merci, je ne fume pas. — C’est bien, tu as de la chance. Il fait réellement très chaud aujourd’hui. Tu es d’ici ou tu es un touriste toi aussi ? Nous, nous venons de Montpellier et nous pensions trouver un peu de fraîcheur en Bretagne, tu vois, c’est raté. Il venait de s’asseoir à côté de Loïc et tirait sur sa cigarette régulièrement. Le garçon venait de remarquer l’enveloppe argentée d’un préservatif qui dépassait légèrement au-dessus du slip noir de l’homme. Il fut pris de panique, mais sa curiosité ainsi qu’une curieuse sensation de désir l’emportèrent. Et il demeura assis. — Tu as quel âge ? demanda l’inconnu. — Dix-huit ans dans quelques jours, s’entendit-il répondre. L’homme écrasa son mégot sur le sable et le garçon sentit sa main qui glissait vers son sexe. Il bandait déjà. — Tiens, tiens, dit le type, qu’est-ce qu’il se passe par là ? Loïc eut l’envie de se redresser et de s’enfuir, mais il était comme paralysé. L’homme l’avait déjà allongé et lui mordillait le pénis à travers le slip. Lorsqu’ils en eurent terminé, ils restèrent essoufflés allongés sur le sable. Loïc osa poser cette question à l’autre : — Je ne comprends pas, vous êtes marié, vous avez deux enfants et vous cherchez à vous faire baiser ? L’inconnu rit en allumant une cigarette. — Une femme c’est bien et les mômes aussi. Pourtant, tu vois, ça suffit pas toujours et moi j’aime beaucoup ce que tu m’as fait. J’y peux rien, c’est comme ça. Je n’ai pas du tout la sensation de trahir ma femme car elle ne peut pas me faire ce que tu m’as fait et moi, de temps en temps, j’aime ça. Et toi, tu ne triches jamais, même pas sur ton âge ? Loïc se mit à rire. — Oh, si peu, un an à peine. L’homme se redressa, il avait la trentaine et était bien taillé. Il fit un clin d’œil à l’ado et lui dit : — Nous sommes dans le camping derrière la plage, encore pour huit jours, je repasserai ici demain, vers la même heure pour voir si tu es là. Et il s’en alla, grimpant dans les rochers pour rejoindre les siens. Tous les jours qui suivirent, Loïc revint à cet endroit pour retrouver celui qui l’y attendait. [...]

Livre émouvant d'une découverte de la sexualité